Greffon et système immunitaire

A. Immunologie : le risque de rejet

Immunologie = c’est une spécialité médicale et biologique qui étudie l’ensemble des mécanismes de défense de l’organisme contre les antigènes (corps étrangers, infections).

Nous savons désormais que pour qu’une greffeGreffon et système immunitaire  arrow-10x10 fonctionne, il faut que le donneur et le receveur possèdent le plus de gènes d’histocompatibilité possibles  (= les protéïnes du CMH : Complexe Majeur d’Histocompatibilité = antigènes HLA).

La principale complication de la greffearrow-10x10 d’organe est le rejet. Ce rejet va dépendre de la réaction immunologique du receveur contre l’organe grefféarrow-10x10. Cette réaction est très proche de celle de la défense immunitaire contre une infection. Elle met en jeu des cellules et essentiellement les lymphocytes T responsables de la réponse immunitaire qui vise à détruire les antigènes.

Structure d’un lymphocyte T :

Afficher l'image d'origine

Comment expliquer biologiquement le phénomène de rejet ?

L’organisme contient à l’origine une quasi-infinité d’anticorps différents ; notre corps possède donc les « armes » pour combattre presque tous les types de maladies existant au monde Il est donc possible au système immunitaire de cibler tous les corps étrangers présents dans l’organisme. Cette grande diversité d’anticorps est appelée répertoire immunitaire. La reconnaissance des antigènes étrangers dans l’organisme du receveur déclenche ausisitôt une réaction qui fait intervenir de façon dominante des anticorps. Ces anticorps sont portés par des cellules appelées lymphocytes (globules blancsarrow-10x10). Ces cellules sont des cellules « tueuses » qui sont indispensables au bon déroulement de la réaction immunitaire.

Pour comprendre le phénomène de rejet, il faut savoir qu’à la surface de toutes nos cellules sont présentes les molécules appelées « antigènes du système HLA ». Ces dernières permettent aux lymphocytes T de différencier les agents étrangers greffearrow-10x10, bactéries, virusarrow-10x10) de nos propres cellules. Une fois les cellules du greffon identifiées comme n’appartenant pas à notre propre corps, une cascade de réaction provoque la sécrétion d’anticorps (ici par les lymphocytes B) et la prolifération de cellules tueuses (les lymphocytes T), qui infiltrent le greffon et le détruisent. L’intensité de la riposte immunitaire dépend du receveur et de la nature des tissus.

Il existe trois types de rejets :

- rejet hyper aigu : il intervient dans les heures suivant la transplantation,

- rejet aigu cellulaire : il intervient au-delà du quatrième jour de greffearrow-10x10 dans les trois premiers mois après la transplantation,

- rejet chronique : il peut s’installer au coursarrow-10x10 du temps, c’est la principale cause d’échec de greffearrow-10x10.

Le mécanisme de rejet :

Afficher l'image d'origine

B. Traitements immunosuppresseurs 

Immunosuppresseur = ce terme désigne tout ce qui supprime ou qui a la capacité de réduire ou atténuer les réactions immunitaires de l’organisme, comme les réactions contre un antigène dans le cadre d’un rejet de greffearrow-10x10.

Les premiers médicaments utilisés pour réduire les réactions immunitaires furent les corticoïdes et l’azathioprine, souvent utilisés en association. Bienarrow-10x10 connu de tous, les corticoïdes sont des anti-inflammatoires mais aussi des immunosuppresseurs. Malheureusement, leur emploiarrow-10x10 à long terme entraîne des effets secondaires qui en limitent l’usage même si leur association à l’azathioprine a permis la réductionarrow-10x10 de leur posologie tout en maintenantarrow-10x10 leur efficacité.

Posologie = quantité ou dose de médicaments administrée à un patient grefféarrow-10x10.

immunosuppresseur

De nos jours les corticoïdes et l’azathioprine sont toujours utilisés en temps qu’immunosuppresseurs mais grâce aux avancées médicales ils sont dorénavant moins toxiques pour le corps. Cependant, d’autres immunosuppresseurs comme :

- La ciclosporine A, mise sur le marché en 1983, désigne tout ce qui supprime ou qui a la capacité de réduire ou atténuer les réactions immunitaires de l’organisme, comme les réactions contre un antigène.

- Les sérums anti-lymphocytes sont des sérums sanguins contenant des anticorps qui détruisent les lymphocytes T directement dans le sang.

- Les anticorps monoclonaux sont des anticorps produitsarrow-10x10 par un clone de cellules. Ils s’opposent à une famille déterminée de lymphocytes (ou à ceux qui sont activés), dont ils bloquent une fonction bien précise.

Beach26talk |
Monchallengeperso |
Marchezdanlanature |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Se reprendre en main !
| Naturopathiesebastien
| Energievitale